16es : Landreau comme un Merlu dans l'eau

Mickaël Landreau, l'entraîneur du FC Lorient.
Coupe de la Ligue BKT
31/10/2018

Par AFP

Le FC Lorient de Mickaël Landreau vient défier le Toulouse FC au Stadium ce mercredi soir (21h05), en 16es de finale de la Coupe de la Ligue BKT.

« Je suis toujours dans la position de celui qui aura à prouver » : pour sa deuxième année comme entraîneur du FC Lorient (Domino's Ligue 2), Mickaël Landreau se sait attendu dans une équipe candidate à la montée et qui ira défier le Toulouse FC, mercredi en Coupe de La Ligue BKT. 

« Dès le premier jour, je me suis senti jugé. Je crois que ce sera tout le temps comme ça parce que ça fait partie de ma vie depuis ma première année en tant que joueur », a ainsi confié l'ancien portier.

La pression, Mickaël Landreau connaît. Gardien de but du FC Nantes, du Paris SG, du LOSC et de Bastia, l'homme aux 618 matchs de Ligue 1 Conforama - un record - l'affronte avec détachement voire une certaine délectation, lui qui se décrit volontiers comme un « compétiteur ». Il est de ces joueurs qu'on imagine très tôt sur un banc, une fois leur carrière achevée. 

Fini le temps de la découverte


Après une longue et patiente formation théorique, où il a accumulé à peu près tous les diplômes possibles d'éducateurs à entraîneur d'équipe professionnelle, il a accepté de reprendre le FC Lorient il y a presque un an et demi.

Entraîneur novice d'une équipe traumatisée par une relégation après une saison cauchemardesque, avec un effectif pléthorique et une forte pression pour remonter directement : il n'a pas choisi la facilité.

Sa première saison est ponctuée par une 7e place décevante, avec cinq défaites lors des huit dernières journées, chez des rivaux comme le Stade Brestois 29 (3-0) et le Nîmes Olympique (1-0) mais aussi chez des condamnés à la relégation comme le Tours FC (3-1) ou QRM (3-0) lors de la dernière journée.

« J'ai fini l'année en ayant ce mélange de frustration car l'ambition était d'aller "là-haut", et de fierté, tout de même, car on ne mesure pas tout le travail accompli », avait-il jugé en début de saison.

« J'ai découvert un championnat complexe, physique et engagé mais il y a beaucoup de richesse de jeu. Il n'y a aucun match facile, surtout à l'extérieur », avait-il aussi résumé, déplorant le manque « d'âme » de son équipe.

Cette année, « c'est évident que c'est différent, parce qu'on a appris à se connaître, on n'est plus dans une période de découverte », reconnaît-il aujourd'hui.

Des « ajustements » cet été

Cet été, « on a eu des mouvements, des rééquilibrages, des ajustements », comme le départ d'individualités pas toujours faciles à gérer comme Denis Bouanga ou Mattéo Guendouzi. Si Landreau « ne maîtrise pas tout », il a « le sentiment d'en maîtriser beaucoup et c'est déjà une chance pour moi », relève-t-il.

Contrairement à certains acteurs de l'âge d'or nantais devenus des entraîneurs prudents voire frileux, il était aussi arrivé avec des ambitions assumées dans le jeu.

« Je fais ce métier pour donner des émotions et offrir du spectacle. Ce que je souhaite, c'est que mon équipe ait un jeu porté vers l'avant », avait-il clamé peu de temps après son arrivée et il peut à bon droit affirmer que l'on « s'ennuie rarement quand on regarde Lorient ! ».

Sur le plan comptable, la différence n'est cependant pas encore spectaculaire. Mais, avec ses 22 points et une différence de buts plus favorable de deux buts par rapport à l'année dernière, le FC Lorient, 4e, est bien installé dans le wagon de tête au moment d'aller défier le Toulouse FC (Ligue 1 Conforama) mercredi en 16es de Coupe de la Ligue BKT.

« Je suis hyper content d'avoir ce match à Toulouse. J'aurais préféré un meilleur tirage, à domicile. Mais c'est super pour l'effectif, pour le groupe, pour la cohésion », conclut-il, espérant prouver contre une équipe de l'élite que son groupe y aurait sa place.

Toulouse FC
-
FC Lorient







L'email a bien été envoyé
OK
  • Partenaires BKT France TV Canal Plus Fiat Tipo triangle interim TAG HEUER umbro la poste