La LFP soutient le Bleuet de France – Épisode 3/5

Actualité
07/11/2018

À l’occasion de la 13e journée de Ligue 1 Conforama et la 14e journée de Domino’s Ligue 2, la LFP et les clubs professionnels s'associent au Bleuet de France pour venir en aide aux victimes de guerres et d'attentats.

À cette occasion, en partenariat avec l’Office National des Anciens Combattants et Victimes de Guerre (ONACVG), la LFP publie une série d’articles pour accompagner le travail de mémoire de l’association et mieux faire connaître le rôle du football dans ces événements historiques qui ont marqué la France. Ce troisième épisode est consacré à la plaque commémorative présente au Roazhon Park du Stade Rennais FC.

Le Centenaire de l’Armistice est l'occasion de rappeler que les sportifs aussi ont payé un lourd tribut pendant la Grande Guerre.

Le Stade Rennais FC, créé en 1901, a vu une trentaine de ses membres tomber au champ d'honneur. Une plaque commémorative, située sur un des murs d'enceinte du Roazhon Park placé du côté de la route de Lorient, rappelle ainsi le nom de ceux qui portaient les couleurs du club breton, morts pour la France entre 1914 et 1918.


La plaque commémorative située sur un des murs d'enceinte du Roazhon Park.

Parmi les noms figurant sur cette plaque, se trouve l'un des fondateurs du club rennais. Il s'agit de Philippe Ghis. Né le 1er décembre 1882 à Rennes, il fait partie du "club des quatre" fondateurs du Stade Rennais le 24 mars 1901. Le club s'appelle ensuite le SRUC, Stade Rennais Université Club, trois ans plus tard après la fusion avec le Football Club Rennais.

Champion d'athlétisme, Philippe Ghis est le détenteur de plusieurs records bretons au début du siècle. D’abord ailier de l'équipe première, il devient rapidement gestionnaire de la trésorerie du club. Employé de bureau, il effectue son service militaire au 41e Régiment d'Infanterie. Caporal en août 1914 lorsque la guerre éclate, il devient sergent en 1916, puis sous-lieutenant en 1917. Au cours de la guerre, il obtient quatre citations pour le courage et le sang-froid dont il fait preuve dans les combats. Intoxiqué par gaz en avril 1918, il est de retour de permission un mois plus tard. Touché mortellement par des éclats d'obus, il trouve la mort le 3 juin 1918 lors de son transfert en ambulance.

D'autres footballeurs soldats se trouvent sur la plaque du SRUC. Georges d'Amphernet de Pontbellanger est Chevalier de la Légion d'Honneur. Sa citation à l'ordre de l'Armée évoque son sacrifice. Il "a conduit très brillamment sa section soumise à un feu des plus violents, lui donnant constamment l'exemple du plus grand courage. A eu son sabre brisé dans sa main par une balle au moment où il se portait à l'assaut et a été tué en entrant avec ses hommes dans les tranchées". Il est tombé le 25 août 1914 à l'âge de 22 ans.

Yvan Fleuriot de Langle, lui aussi Saint-Cyrien décoré de la Légion d'Honneur, tombe le 23 juin 1915 à l'âge de 21 ans.

Le patronyme du soldat Courtemanche est resté ancré dans la mémoire rennaise ; son nom fut donné au complexe sportif accueillant les activités du Stade Rennais Athlétisme.

Robert Le Braz est également un joueur du SRUC. Le jeune caporal est le fils de l'écrivain breton Anatole Le Braz. Le 13 décembre 1914, il est grièvement blessé à l'oeil. En septembre 1915, alors en repos, il se désigne volontaire pour porter assistance à une troupe menacée. Tentant de secourir un homme blessé par balle, il est touché en plein coeur et décède quelques heures plus tard, à l'âge de 19 ans.

Cette plaque commémorative porte également en bleu le nom de trois membres du club tombés pendant la Seconde Guerre mondiale. Sortie de l'oubli il y a quelques années, cette plaque a permis au Stade Rennais FC de faire écho à une mémoire oubliée.

En novembre 2013, avant le coup d'envoi de Stade Rennais FC – Olympique de Marseille, une cérémonie s'est déroulée devant la plaque en présence des autorités civiles et militaires, l'occasion de replacer la plaque sur l'enceinte du Roazhon Park. Elle y est désormais visible par tous.

Cérémonie commémorative en 2013 – © ONACVG
Cérémonie commémorative en 2013 – © ONACVG


L'année 2017, date du Centenaire des Pupilles de la nation, permit au club de d’organiser une cérémonie commémorative en présence du Montpellier Hérault SC, également très engagé sur les questions mémorielles. Cette plaque demeure aujourd'hui le symbole du sacrifice des sportifs rennais tombés au cours des deux guerres.

Cérémonie commémorative en 2017 – © ONACVG
Cérémonie commémorative en 2017 – © ONACVG


> Retrouvez les autres épisodes de la série « Football & Mémoire »

> Si vous souhaitez vous aussi soutenir l’association, faites un don sur le site de l'Office nationale des anciens combattants et des victimes de guerre








L'email a bien été envoyé
OK